Cérémonie hommage

On enfile une tenue sombre, on chausse des lunettes sombres, on fait rouler un mouchoir sous nos doigts, on chuchote, on est parfois gauches, sensibles…
C’est ainsi que nous vivons ce temps de recueillement.
Inhumation ou crémation, le respect et la solennité nous dictent leurs codes.

Nous redoutons tous d’être trop vivants face à une vie arrêtée. 

J’entends souvent dire qu’il n’y a plus rien à faire, juste à passer ce moment douloureux assis côte à côte.
Je crois pourtant que l’on peut « être », tout simplement.

Je voue un respect infini à la vie et à la mort.
Je crois pourtant qu’il existe une zone de douceur salvatrice dont nous nous privons.

Et si l’on se réappropriait collectivement ce temps d’adieu ?

Si l’on s’autorisait à unir nos humanités comme lors de ce moment de partage juste après ?
Laissons nos émotions nous parcourir, nous déborder, nous accrocher des larmes et des sourires.

Laissons-les remonter à la surface, nous parcourir, nous déborder et nous remplir. Remettons de la chaleur entre nous et tout autour de cette vie tant aimée.

Mettons du sens dans nos cérémonies funéraires gestes, dans nos silences respectueux et dans nos mots. Écrivons ensemble l’épilogue au plus près de l’histoire, le récit de ceux qui restent en hommage à celle.celui qu’il était.

Faisons vivre sa mémoire et respectons ses volontés, en éclairant ce qu’il a apporté à votre monde, ce que vous gardez d’elle.lui.

Ce qui vous amusait, forçait votre admiration, ce pour quoi vous la.le remerciez.

Ensemble, faisons battre à nouveau
le coeur de nos souvenirs.

Je me fais tour à tour votre guide, présente ou effacée, votre plume quand les mots vous manquent, votre voix quand le souffle vous est coupé, votre trait d’union.

J’officie la cérémonie laïque au crématorium, au cimetière, à la dispersion de cendres ou lors de cérémonie en mémoire du défunt.

Basée à Pau, je me déplace dans le département des Pyrénées Atlantiques et les Landes.